L’inquiétant recul des forêts primaires – France Culture

Que connaît-on aujourd’hui sur les forêts mondiales ? Quelle est leur utilité ? De quels nouveaux outils dispose-t-on pour étudier les forêts à l’échelle du globe ? Comment les protéger ? Quels sont les programmes internationaux mis en œuvre ?

« Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent ». En ce début d’année 2017, cette phrase de Chateaubriand est d’une actualité aiguë. Une étude publiée il y a 1 mois précisément dans Science Advances montre que les forêts sauvages intactes, ce patrimoine naturel inestimable tant dans la préservation de la biodiversité que dans l’absorption de dioxyde de carbone, ces forêts intactes reculent dangereusement, moins 7% en 12 ans soit près d’un million de kilomètres carrés rayés de la carte. Comment étudier ces espaces vierges de façon à pouvoir mieux les protéger ?

Forêts de bambous• Crédits
Forêts de bambous• Crédits : Ahola Mahalo

L’inquiétant recul des forêts primaires : c’est le problème qui va nous occuper dans l’heure qui vient.

Et pour évoquer le sort et l’avenir de ces forêts intactes, mais aussi du reste du couvert forestier sur la planète, La Méthode scientifique a le plaisir d’accueillir Valéry Gond, géographe, spécialisé dans le traitement de la télédétection pour le CIRAD, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement et Jean-Guénolé Cornet, directeur général d’ONF International organisme créé dans la continuité de l’Office National des Forêts, mais pour l’international donc et vous êtes vous-même ingénieur forestier.

Alors on pourrait trouver à l’entrée « forêt » du dictionnaire des idées reçues, revisité en 2017 l’entrée suivante : « dire qu’elle recule, s’en montrer très préoccupé ». Est-ce que la forêt recule encore dans le monde en 2017 ?

 

Plus d’info et de références sur la page de France Culture !

3/12 à 17h30 : Filières bois locales

Qu’on le produise en forêt ou dans les champs, le bois est une ressource d’avenir, pour l’énergie, la construction, la vie des sols, etc.
Quels débouchés existent, et comment les développer ?troncais_T1

Échangeons sur ce sujet, salle de la Mairie, lors de la Table ronde Filières bois locales : l’avenir de nos forêt et de nos campagnes ?

Les forêts dans l’Aude sont aussi diversifiées que belles. En Occitanie elles sont aujourd’hui influencées par les évolutions climatiques, mais aussi par une certaine vision extractiviste et financière de la forêt.
visitechantierexploitation2013Deviendront-elles une simple source de matière première pour assouvir nos besoins, une caution verte pour un modèle de « développement » fou ?

Quelles forêts voulons-nous à l’avenir ? Quelles récoltes de bois, pour quels usages ? Comment s’impliquer personnellement dans ces questions difficiles ?
Les filières forestières peuvent-elles se recouper avec les filières agroforestières ?
Nous débattrons de cela avec des personnes impliquées depuis longtemps sur les questions forestières (Réseau pour les Alternatives Forestières et Pro Silva).

3/12 à 16h : Parole d’agroforestiers

Table-ronde de témoignages et retours d’expérience de personnes qui pratiquent l’agroforesterie : comment, pourquoi, quels avantages et inconvénients à intégrer des arbres dans les systèmes agricoles ?509b270ebb8813e069ff3584f0a10398

Qu’on pratique l’élevage, la culture de vigne, de céréales, légumineuses, maraîchage… ou un mélange de tout ça, l’arbre est un complément indispensable à nos cultures et à nos pratiques !
Venez partager sur le sujet, découvrir les potentiels, et pourquoi pas assister à la naissance d’un réseau d’agroforestiers audois !

Retrouvez-nous salle de la Mairie suite à la conférence de Geneviève Michon sur les agroforesteries tropicales, Andrew Darlington, éleveur agroforestier, François Gardey de Soos, viticulteur et céréalier agroforestier, Geneviève Michon et .. tous ceux qui pratiquent ou que le sujet intéresse.

3/12 à 11h30 : Agriculture Regeneratrice, l’approche Regrarians

regrarians-plataforma-el-manzano

Produire tout en régénérant les écosystèmes, les ressources naturelles (eau, sols, biodiversité), favoriser les cycles d’aggradation et optimiser l’utilisation des énergies : que rêver de plus pour l’agriculture de demain ?

A 11h30, salle de l’Abbaye, retrouvez Andrew Darlington, agroforestier et formateur en systèmes permaculturels, qui nous présente l’approche des Regrarians :

 

Une approche systémique de conception holistique des fermes et des opérations agricoles de production.
Produire tout en régénérant le sol et les écosystèmes ; utiliser les forces de la vie pour lancer des cycles vertueux d’aggradation ; augmenter le stockage de l’eau dans le sol et la biomasse, créer la fertilité ; optimiser la capture de l’énergie solaire ; recréer les communautés rurales dynamiques et prospères…

Daren Doherty : le RegrarianLancés par Darren Doherty et Lisa Heenan Les Regrarians sont en train de créer, et d’accompagner une nouvelle vague d’installations agricoles à travers la planète, pour que les retours à la terre se passent dans des meilleurs conditions, sociales et économiques.

Basé sur une ensemble de techniques agronomiques innovantes, qui marient les forces du Keyline Design de P.A. Yeomans, la Gestion globale du Holistic Managment (Tm), et la conception systémique de la Permaculture, avec les approches très modernes de la technologie (cartographie, gps, drones, etc.), les techniques de marketing, et les derniers avancés sur le plan du « bien-être animal ».

Darren Doherty qui a participé à la planification de plus de 2 500 fermes autour du monde, a formé plus de 12 000 nouveaux Regrarians depuis 2008. Quand Andy Darlington les a rencontré en 2009 a Tarragone il savait que ce couple était en train de lancer une révolution agronomique à travers la terre, avec un énergie et un enthousiasme infectieux :

« Quand on a pris conscience de ce qui est possible, on a envie d’essayer et de partager ça avec d’autres personnes…. Darren m’a transmis son enthousiasme, et m’a encouragé à faire pareil, et après 25 ans de pratique ici, je me suis engagé dans l’enseignement. J’ai déjà traduit plusieurs de ses stages, dans L’Aude et les Pyrénées Orientales, lors de ses interventions en France. »

Venez voir et entendre parler de ce qui se passe dans d’autres coins du monde agricole !!

Andrew DarlingtonAndy & Jessie Darlington
J’ai découvert la Permaculture en 1979 en Pays de Galles, pendant mes études.
Ma vie agricole a commencé en formation « Arboriculture » avec les pépiniéristes Jean François et Cathy Burri. Avec mon épouse Jessie et avec Emilia Hazelip nous avons collaboré pour organiser les premiers stages de Permaculture en France en 1985 avec Sego Jackson, en 1986 avec Lea Harrison et avec Marc Bonfils.
Suite à ces stages nous avons pris la décision de mettre en pratique l’Agriculture Naturelle, sur une propriété agricole. En attendant la maturité de nos plantations, nous avons commencé une activité de paysagiste « comestible » en plantant et entretenant des fruitiers et des jardins chez les particuliers.
C’est seulement au bout de 25 ans d’expériences, échecs et réussites compris-e-s, que nous avons décidé de partager à travers des interventions et des formations les fruits de nos efforts.

En 2010, suite à des traductions de stages de Robyn Francis et la rencontre avec Darren Doherty, (deux grands designeurs et formateurs de la Permaculture Australienne), je me suis lancé dans l’enseignement de la Permaculture.
Aujourd’hui, je donne des stages de greffe sur les arbres sauvages adultes en milieu naturel, et la taille douce, des stages certifiants de Permaculture ainsi que du design et de l’accompagnement des projets en agriculture régénératrice, agroforesterie et permaculture.
Le film L’Eveil de la Permaculture et le dvd stage de greffe permettent un bon aperçu de notre travail et de notre approche.

3/12 à 15h : Agroforesteries des zones tropicales

Geneviève Michon a parcouru le Sud, des zones humides aux zones arides,  et vu les agriculteurs intègrer les arbres dans une stupéfiante diversité d’agroforesteries. Des ponts à faire avec l’Europe ?

Agroforêts à café dans la région de Yrga Chefe en Ethiopie
© IRD/Geneviève Michon Agroforêts à café dans la région de Yrga Chefe en Ethiopie

Un tour, à travers de nombreux exemples : comment les agriculteurs du monde produisent avec les arbres sans qu’aucun technicien ne les ait conseillé de se lancer dans l’agroforesterie.
Venez partager la fascination de Geneviève pour la diversité de ces agroforesteries vernaculaires et relier ces pratiques avec celles des agriculteurs d’Europe.

Rendez-vous salle de la mairie, sur la place des Halles, à 15h

Ethnobotaniste, membre permanent du GRED et directrice de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement, Geneviève Michon est spécialiste des relations entre sociétés et forêts.
Au cours de ses séjours à l’étranger, elle s’est plus particulièrement intéressée à la façon dont les agriculteurs du monde conçoivent et matérialisent leur rapport aux forêts, et aux conflits qui opposent agriculteurs et administrateurs des forêts.

3/12 à 14h : Arbres & Changement climatique

A 14h, salle de l’Abbaye, retrouvez notre tête d’affiche : Ernst Zürcher, qui propose une conférence sur la thématique de la fête :

Arbres & changement climatique : conférence de Ernst Zürcher

Face aux déséquilibres écologiques et climatiques, les arbres révèlent toute une gamme d’interactions subtiles avec leur environnement et constituent un moyen d’atténuation, voire de résolution de la catastrophe climatique en cours.

Les récentes découvertes sur l’eau nous amènent à reconsidérer le rôle joué par les arbres face aux équilibres écologiques et climatiques naturels.
Au-delà du fait d’améliorer la qualité de l’air, d’être des acteurs essentiels dans l’élaboration de sols vivants et dans le maintien des cycles de l’eau, les arbres révèlent toute une gamme d’interactions subtiles avec leur environnement proche ou lointain.
Le potentiel de contribution positive des arbres dans le contexte du réchauffement climatique et des bouleversements démographiques se révèle alors comme étant largement sous-estimé.
Très concrètement, ils constituent un moyen non seulement d’atténuation, mais aussi de résolution de la catastrophe climatique en cours.
Photo ZurcherDe formation Ingénieur forestier et Dr. en Sciences Naturelles à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich, suite à une thèse sur la morphologie des arbres et l’anatomie du bois, Ernst Zürcher est chef de projet de la coopération suisse au développement, avec 4 ans d’activités de recherche au Rwanda portant sur les forêts naturelles et l’agroforesterie.
Professeur émérite en sciences du bois et chercheur à la Haute Ecole Spécialisée Bernoise, Architecture, Bois et Génie Civil, avec des projets de recherche en biologie (en particulier chronobiologie), physique et technologie des essences tempérées et tropicales, il est actuellement chargé de cours en Sciences du Bois à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et  de Zürich (ETHZ).

Auteur du livre Les Arbres, entre Visible et Invisible, Actes Sud 2016 – Die Bäume und das Unsichtbare, AT-Verlag 2016

Bandeau

3/12 à 10h : Aigoual, la forêt retrouvée

La Fête de l’Arbre 2017 s’ouvre à Lagrasse avec la projection à 10h du film Aigoual, la forêt retrouvée, un film de Marc Khanne.

Face aux problèmes liés à la désertification, un exemple rare et réussi de reforestation…

Au cours du XIXème siècle, dans les Cévennes, l’équilibre entre la population et son milieu naturel est rompu. Les industries, le surpâturage des moutons, ont réduit les forêts de l’Aigoual à une peau de chagrin. Avec l’érosion, les violentes pluies d’équinoxe (épisodes cévenols) ne tardent pas à provoquer des inondations qui ruinent les vallées. Il faudrait reboiser mais comment ? La population est contre, les techniques ne sont pas au point, les crédits sont insuffisants.

Deux hommes : le forestier Georges Fabre de l’administration des Eaux et Forêts, et le botaniste Charles Flahault, vont de 1875 à 1913 symboliser l’épopée d’un reboisement que des centaines d’habitants vont finalement accompagner. Profitant de la RTM, loi sur la restauration des terrains de montagne, 68 millions d’arbres seront plantés qui vont aboutir à la création d’une forêt de 16.000 hectares.

Un siècle plus tard, l’ONF et le Parc National des Cévennes gèrent ensemble cette nouvelle et jeune forêt qui semble plantée-là  » de toute éternité « . Entre les nécessités de la production et celles de la protection de l’environnement et de sa biodiversité, l’équilibre entre l’homme et la nature reste un travail de tous les jours.

Fête de l’Arbre : demandez le programme

Et voici  enfin, tant attendu, le programme détaillé de l’édition 2017 de la Fête de l’Arbre !

La liste des exposants, les animations, conférences, projections, tables-rondes, ateliers, sorties… de quoi occuper la journée !

Retrouvez-nous dimanche 3 décembre à Lagrasse dès 9h pour une expérience riche et dense :

Vous pouvez aussi le téléchargez en version PDF : Programme Fête de l’Arbre 2017

Et tous les jours, découvrez sur ce blog un élément du programme mis en lumière…

Bandeau

Fête de l’Arbre : appel à bénévoles

Dans quelques semaines, la Fête de l’Arbre a lieu à Lagrasse !

Vous souhaitez participer à la dynamique d’un événement fédérateur, ancré dans le territoire, et qui promeut un retour de l’arbre dans nos campagnes ?

Bénévolez !

La Fete de l'Arbre à Lagrasse, le 3/12, sur la thématique Arbres et changement climatique

Du vendredi 1 au lundi 4 décembre, ou même dès maintenant pour les plus assidus, nous avons besoin de vous.

Vous trouverez en lien la fiche bénévole à remplir et nous retourner le plus tôt possible afin qu’on puisse monter les équipes.

A bientôt !

L’équipe A&P11 et N&P11

16/11 à Toulouse : L’arbre champêtre en Occitanie

L’AFAHC Occitanie organise une journée régionale le 16 Novembre à Toulouse autour de l’Arbre champêtre en Occitanie.

Encart DEF 5_ 11_ 17

Vous trouverez en lien le programme complet de la journée et ci-dessous le lien pour vous inscrire aux ateliers :
https://framaforms.org/arbre-champetre-en-occitanie-1509622795

Nous espérons vous y voir nombreux.

N’hésitez pas à revenir vers nous pour plus de renseignements : midi-pyrenees@afahc.fr